La ténacité récompensée

Messages postés
1
Date d'inscription
lundi 2 février 2015
Statut
Membre
Dernière intervention
2 février 2015
- - Dernière réponse : Marjorie Gaulier
Messages postés
5410
Date d'inscription
vendredi 29 octobre 2010
Statut
Webmaster
Dernière intervention
29 septembre 2019
- 3 févr. 2015 à 16:59
NOTA BENE
Les mots en italique sont des noms propres et sont choisis pour des raisons de confidentialité et de préservation de l'image
* Malodo : pseudo qui désigne la fille dont l'histoire est raconté
* MARITO : Nom du Centre d'alphabétisation en français pour adultes
* Malto : dimunitif de Malodo
* CFEE : Certificat De Fin d'Etudes Elémentaires
* Salto : Nom du Collège d'enseignement secondaire
* BFEM : Brevet de Fin d'Etudes Moyennes

PORTRAIT
Malodo, fille de trente ans, élève en formation en alphabétisation au Centre MARITO de Dakar
C'est une fille très naturelle. Elle travaille durant la journée comme domestique. ET chaque jour avant de rejoindre son lieu de travail, elle passe au restaurant tenu par sa tante pour l'aider dans la tache.
Ce dimanche, elle se réveille à 5 heures, balaie la cour, remplie le réservoir d'eau, rassemble tout les habits sales des membres de la famille et fait le linge.
Elle est de taille moyenne, de couleur d'ébène et a tout le temps le sourire aux lèvres. Elle porte toujours le pagne, aime les tresses et a délibérément négligé les bijoux. Seule une oreille attentive peut percevoir à travers les mots qu'elle prononce dans un débit lent ses origines sérère. Aussi, de petits hochements de tête accompagnent ses paroles attestant son éducation et son intelligence. Ses yeux noirs d'où émane une lueur maligne renseignent sur son potentiel.
Malto comme l'appelle affectivement sa tante n'est pas allée à l'école française. A l'âge de 9 ans, elle est envoyée chez une cousine à Dakar pour s'occuper des taches ménagères et des enfants. Les enfants de sa tutrice sont à l'école. Au cours de son séjour elle dérobe quotidiennement les cahiers de ses neveux et poussée par une curiosité naturelle, elle essaie de comprendre l'objet de leurs va et vient hebdomadaire.
Elle veut assouvir son besoin de savoir et comme elle est très vivante et attachante. Elle s'entend parfaitement avec ses neveux qui répondent à toutes ses interrogations .Cela devint une obsession. Elle les dérange quelquefois et les agace mais l'ambiance est toujours agréable.
Après quelques années passées dans cette villa, elle retourne au village et s'inscrit dans un Centre de formation en alphabétisation en langue sérère. Elle subit une formation de deux ans en langue sérère mais arrête avant terme et n'obtient pas l'attestation car obligée à travailler pour aider ses parents.
Malto revient à Dakar et commence à travailler comme domestique .Elle y met toute son énergie et parvient même à épargne r de l'argent. Elle s'inscrit dans une école de formation en restauration, obtient une attestation en cuisine. Elle trouve un travail mieux rémunéré et continue sa quête de savoir. On la trouve toujours entrain de lire. Répète tout le temps « J'aime la langue française et tant que j'ai un souffle de vie, je continuerai à apprendre »
En décembre 2012 par l'intermédiaire d'un ami elle s'inscrit au Centre Marito en classe d'alphabétisation.
Sur la proposition du personnel, elle présente sa candidature à l'examen du CFEE. Avec toute la volonté, la soif de savoir, elle vient même les weeks end et reste jusque tard dans la soirée pour renforcer ses capacités. Sa famille est irritée et montre son scepticisme face à cette débauche d'énergie pour simplement obtenir le CFEE. Cela lui pèse de travailler le jour comme domestique, d'aider sa tante au restaurant de s'occuper de sa famille restée au village, de suivre des cours du soir jusqu' au-delà de 22 heures et de ne pas être soutenue par ses proches. C'est elle qui s'occupe de l'éducation de ses neveux restés au village et participe aux dépenses malgré le peu de moyen dont elle dispose .Elle est toujours là bas pour les travaux champêtres.
Au mois de juin 2013, date de l'examen du CFEE. Elle a tout le temps le trac, dors moins et souffre de maux de tête même sa vision est affectée. Un désir toujours refoulé de s'instruire à cause d'une vie instable ballotté du village à la ville, n'ayant jamais eu l'opportunité de s'inscrire à l'école le pousse à tenir le coup. C'est dans ses conditions difficiles et seule face au défi que le premier signe du destin apparaît .Elle a le numéro 1 au registre d'inscription des candidates à l'examen du CFEE Au niveau du Centre, elle obtient les meilleurs résultats à l'examen.
Malodo, en 7 mois est parvenue à assimiler le programme de l'enseignement primaire et élémentaire.
Maintenant, elle s'est inscrite en cours du soir au Collège Salto de Dakar . Elle a obtenu une moyenne de 16/20 en classe de sixième, elle est actuellement en classe de 4ème et ses notes en évaluation varient entre 16/20 et 19/20 Elle veut avoir le BFEM l'année prochaine.

Témoignage de son encadreur au Centre MARITO
Afficher la suite 

1 réponse

Messages postés
5410
Date d'inscription
vendredi 29 octobre 2010
Statut
Webmaster
Dernière intervention
29 septembre 2019
17
0
Utile
Pfiouh, j'ai lu jusqu'au bout !
Merci pour ce témoignage qui, comme son titre l'indique atteste que la ténacité est souvent récompensée et que ce que l'on ne nous donne pas, avec de la persévérance et de la motivation, on peut aller le cherche soi même !
Commenter la réponse de Marjorie Gaulier