Dernier cri [Fermé]

Steph171
Messages postés
1
Date d'inscription
vendredi 13 avril 2018
Dernière intervention
13 avril 2018
- 13 avril 2018 à 08:39 - Dernière réponse : Sourisverte2
Messages postés
26622
Date d'inscription
jeudi 12 avril 2012
Statut
Modérateur
Dernière intervention
15 novembre 2018
- 13 avril 2018 à 11:00

 

Bonjour,

Voilà mon histoire commence le 16 février 1987! mais j'étais loin d'imaginer que ma vie allait prendre une telle tournure.

Je suis issue d'une grande famille de 7 grands frères, 1 petit frère  et 1petite soeur. Une vie bien merdique ou mon couchemare commenca en 1989 le jour ou ma mère c'est faite tuer devant mes yeux éclatés par un camion alors qu'elle etait en moto pour rentrer chez nous.

Suite a son décès mon père a reporté sa douleur sur moi et ma battue avec violence coup de poing, coup de pied, ma lancé de notre balcon du 3ème étage, ceinture, tape tapis, noyade, lancé de couteau de cuisine,projectiles de bouteilles de bières...ect.. sans parler de toutes ces fois ou bourré il me disait quil était désolé et quil m'aimait après m'avoir cassé un peu plus...

Puis à mes 8ans 2de me frères déjà âgé eux de plus de 16ans on commencer a jouer avec moi ( comme ils avaient l'habitude de me le dire ) visite de nuit,visite au salon,au toilette, sous la douche. .....

Puis ces deux là son parti suite au divorce de mon père quand je pensais que j'étais sauver! 2autres de mes frères on pris le relais puis vers mes 14ans mon père cest remis avec sa toute première femme donc mes 2autre  bourreaux sont revenu.( Il faut savoir que mon père c'est marié 4x et veuf 1x et que toutes ses femmes sans exception étaient violantes )

Donc je me suis retrouvée avec 4 violeurs et mes deux parents qui soit disant devait me protéger ne l'ont pas fait et qui au lieux de ça mon battue encore plus.... 

Puis un jour a mes 15ans je suis partie osé dire tout ce que l'on m'avait fait et je me suis retrouvée en foyer, a qui mon père a dis que tout etait de ma faute car c'est moi qui avait chercher le contacte avec mes frères. Pour ne pas devoir prendre ces responsabilités il m'a renié et je suis devenu pupille de l'état et on ma juste donner une contraception (implanon) pour me protéger soit disant de mon comportement dangereux.

Je me suis retrouvé a la rue et la j'ai rencontré mon mari jai eux 3 merveilleux enfants .
Mais je du faire un erreur sur le choix du mari car alcoolique et toxicomane. 
Un jour j'ai eu la force que le quitter mais là encore je n'aurai pas du.....
Car du 8 octobre 2017 au 19 janvier 2018 il ma harceler plus de 600 message et appelle par mois suite a cela le juge lui a dis stop... mais non il a continuer avec la diffamations les mensonges et il a réussit a me couper de monde. 

Il a aussi réussi a ne pas payer de pension alimentaire car il na jamais travaillé de sa vie  donc pour le moment il est je cite "interdit de payez un pension alimentaire "

Il est meme venu m'harceler juste dans mon travail sur me lieux et même chez mes collègues ce qui ma valu un renvoie de mon poste. 

Résulta aujourd'hui je suis très endettée je suis en dépression je pense sauter a l'acte tous le jour....

Et que se soit le juge, la protection de l'enfance et de la jeunesse me disent de taire et de cacher ma souffrance pour le bien de mes enfants qu'ils ont le droit d'avoir leur papa prés deux malgré le nal quil fait.
Malgré les dire de ma fille de 8ans que son papa lui dit qu'il va me mettre en maison de dingue que si je sors de chez moi je vais me faire tuer par tout le monde. 

Mais moi je dois me taire et souffrir en silence je suis passé de 110kg a 65kg en 4 mois, je ne dors plus je ne gere plus rien ormi ma maison et mes enfants.  

Aider moi

Afficher la suite 

1 réponse

Sourisverte2
Messages postés
26622
Date d'inscription
jeudi 12 avril 2012
Statut
Modérateur
Dernière intervention
15 novembre 2018
- 13 avril 2018 à 11:00
0
Merci

Bonjour 

 

merci de poster sur le Forum Santé svp 

 

;)


--
On a toujours tort d'essayer d'avoir raison devant des gens qui ont toutes les bonnes raisons de croire qu'ils n'ont pas tort ! (Raymond Devos)