Manipulateur [Fermé]

Signaler
Messages postés
1
Date d'inscription
samedi 26 décembre 2020
Statut
Membre
Dernière intervention
26 décembre 2020
-
Messages postés
38581
Date d'inscription
jeudi 12 avril 2012
Statut
Modérateur
Dernière intervention
10 avril 2021
-

Bonjour, 

Je viens de traverser une épreuve traumatisante, et pour le moment, je ne m'en remets pas...

J'ai 44 ans, je suis mariée depuis bientôt 26ans et maman de deux filles de 16 et 18 ans.

En janvier 2020 un collaborateur m'a fait comprendre que je lui plaisais, c'est un homme de 61 ans qui s'exprime très bien, et je me suis sentie flattée de voir que je lui plaisais. Sa voix jeune et douce m'a séduite, même si physiquement il ne m'aurait pas attirée, c'est par sa maitrise du verbal que j'ai été attirée.

Nous avons vécu une histoire d'amour, ça c'est fait petit à petit, c'était très beau, très doux, très respectueux. 

J'avais l'impression d'avoir rencontré l'homme idéal, j'étais comblée, très amoureuse, il m'a donné une force de dingue, j'avais rajeuni de 10 ans dans ma tête.

Au bout d'1 mois et demi, il me disait qu'il voulait quitter sa compagne (lui aussi est en couple depuis 25 ans, pas marié mais pacsé). Intérieurement je me disais que non, que je ne voulais pas quitter mon mari, mais sans oser le lui dire de peur de le perdre. Au fil des mois, il n'avait que ça à la bouche, il voulait vivre avec moi, il me disait je te veux, tu es la femme de ma vie, tu es celle que j'aime, je n'ai jamais aimé comme ça, je découvre la passion, le grand amour à 61 ans, etc.... Au fil des mois, j'ai fini par me convaincre que je voulais vivre avec lui, tout en sentant que quelque chose ne collerait pas et que ça ne marcherait pas... Mon intuition me disait que quelque chose n'allait pas, mais je n'arrivais pas à cerner précisément quoi... 

Très vite, dès les débuts de la relation, je voulais tout dire à mon mari, me sentant malhonnête, mais il m'en dissuadait à chaque fois, me disant qu'il fallait qu'on apprenne à se connaître, et que non nous n'étions pas malhonnêtes...

Tous les jours on textotait, on se téléphonait, cela a duré 9 mois. Le soir il disait avoir besoin de moi, du coup je me suis isolée dans la chambre d'amis, je n'ai plus dormi aux côtés de mon mari, et il ne m'a plus jamais touchée, car je suis incapable de coucher avec deux hommes en même temps, ça m'est impossible, quand j'aime un homme, impossible qu'un autre ne me touche.

Donc, tous les soirs, j'attendais qu'il vienne vers moi par textos, ça pouvait être à 22h30, 23h, voire plus tard.

Pendant ce temps lui vivait, regardait la tv, ou sortait chez des amis. J'étais focalisée sur lui, je ne vivais plus.

La journée, il fallait que je sois en état de veille permanent, car sa compagne avait accès à son portable tout le temps, du coup je devais attendre ses signaux pour pouvoir lui écrire, et ensuite il me disait quand je ne pouvais plus. En gros, le signal c'était open, là je pouvais écrire, puis close quand il fallait stopper... J'avais mon tel toujours sur moi, pour être là pour lui, et j'en ai souffert à la longue, car cela me mettait en position d'attente, ça me devenait insupportable.

Même au boulot, c'était pareil, il venait vers moi n'importe quand, je ne savais jamais quand. J'ai toujours été là pour lui dans n'importe quelle configuration, très réactive, très aimante, patiente, compréhensive. On s'est aimés très fort, passionnément, on était fusionnels, comme deux âme soeurs.

Il retardait sans cesse le moment pour lui parler, il devait la quitter, même si je n'ai jamais rien demandé de tel au contraire, je lui disais souvent que si c'était trop dur je comprendrais, que je ne voulais pas qu'il la regrette, mais chaque fois il me répondait qu'il n'avait que des certitudes avec moi, qu'il voulait vivre avec moi. Que j'étais la femme de sa vie, celle qu'il avait cherché toute sa vie, que j'étais une femme exceptionnelle, etc... 

Elle se doutait qu'il avait quelqu'un, elle lui a fait cracher le morceau mi-août, il me disait qu'elle allait partir, qu'elle cherchait un appartement, il me disait même les jours de visites... Mais au fil des semaines elle ne partait pas, j'ai parfois piqué des crises de colère, sentant que quelque chose bloquait, lui demandant s'il me cachait quelque chose. Il répondait non, qu'elle allait partir.

Je lui aurais donné le bon dieu sans confession, je le croyais incapable de mentir. Je disais de lui qu'il était pur et profondément bon. Une amie était au courant, je me confiais à elle car j'ai beaucoup souffert de cette situation qui devenait intenable au fil du temps.

Tout s'est délité subitement en octobre, tout à coup il a commencé à m'écrire qu'il n'allait pas bien, qu'il avait des angoisses, qu'il réalisait plein de choses, qu'il n'était pas sûr de me mériter, et j'en passe... 

J'ai eu une occasion de partir quelques jours avec lui à cette époque, étant seule quelques jours, et c'est là que tout a basculé. 

Il m'a écrit qu'il allait très très mal, qu'il avait besoin de partir loin et seul. Il m'a annoncé qu'il partait seul en Dordogne, qu'il était au fond du trou, qu'il voulait que personne ne le voit, "même pas toi ma chérie". Je l'ai supplié de ne pas partir, que je voulais être là pour lui, pour l'aider, rien n'y a fait. Pendant 6 jours interminables, je me suis fait un sang d'encre pour lui, j'ai perdu 4kg, il ne répondait plus ou très peu, par une ligne ou deux dans la journée et il réapparaissait le soir vers 23h. J'ai vécu un enfer, psychiquement j'étais à bout, j'ai fini par avoir des pensées suicidaires tellement j'allais mal. (En réalité il était parti avec elle...) 

Et puis le mardi matin il accepte enfin de me parler au téléphone. On aurait dit qu'il avait sombré dans une profonde dépression, j'étais très inquiète pour lui, il n'avait plus du tout la même voix, vraiment on aurait dit qu'il était au fond du trou. Et tout à coup une sonnerie de téléphone a retenti derrière lui, et là j'ai compris qu'il était chez lui. Car son fixe a une sonnerie bien particulière. Je lui ai dit tu es chez toi, il est resté imperturbable, niant, toujours aussi calme et doux, "mais non ma chérie je suis en Dordogne dans un gîte, au fond du trou". J'ai craqué tellement je n'en pouvais plus, je l'ai supplié de me dire la vérité, j'étais en larmes, il n'a jamais avoué, il m'a maintenu qu'il n'était pas chez lui. 

Le soir même, je me suis rendue chez lui accompagnée de mon amie pour en avoir le coeur net.

Et là l'horreur, il était chez lui en pleine réunion avec plusieurs personnes dont sa compagne. C'est elle qui m'a ouvert la porte, on ne s'était jamais vues et pourtant elle ne m'a pas demandé qui êtes vous lorsque j'ai demandé à parler à son compagnon.

On a discuté quelques minutes toutes les deux, et là j'ai compris que j'avais affaire à un menteur et un lâche, qui n'assume pas.

J'ai demandé à lui parler à lui, promettant de ne pas faire de scandale, elle est allé le chercher. Je me suis contentée de lui dire que j'étais soulagée de voir qu'il allait bien.... Et je suis partie, sonnée, groggie. 

Face à mon désarroi, sa compagne m'a dit qu'elle resterait disponible, du coup je l'ai appelée dès le lendemain. 

Et là j'apprends que je ne suis pas la première, qu'il en a amenée une aux Caraïbes, qu'il est le roi des menteurs et que même avec la preuve sous le nez il dira que c'est faux... Que je ne connais pas 5% de sa personnalité. 

(Intérieurement sans le lui dire je me demande pourquoi elle reste avec lui....!!) 

Elle m'a dit qu'ils ont un arrangement, sans en dire plus... 

L'histoire aurait pu s'arrêter là, mais psychologiquement pour moi c'était trop violent, trop brutal, j'ai eu besoin de comprendre. On s'est parlés au tel, on s'est revus deux fois, ses explications étaient vaseuses, ses excuses pas vraiment empreintes de sincérité.

Le soir tout à coup, le vide, le néant, plus de textos, brutalement tout s'arrête, j'ai compris qu'il avait rejoint la chambre conjugale, combien de nuits je l'ai imaginé avec elle, j'étais pétrifiée....

On a continué à textoter la journée mais plus rien à voir, et petit à petit il est devenu silencieux. Il est venu me voir au boulot, mais comme il était resté silencieux une semaine, je l'ai mal accueilli, j'étais très en colère face à son air satisfait quand il est apparu, l'air de dire t'as vu je suis là.... 

Inconscient, instable, immature, lâche, menteur, égoïste, voilà en fait ce qu'il est... 

Et ca fait très mal. 

Suite à tout ça, il s'amusait à m'écrire une ligne, puis silence plusieurs jours. 

Les derniers temps, il est resté 15 jours silencieux, puis tout à coup un texto pour dire à quel point je lui manquais, puis plus rien à nouveau. Je lui ai demandé de me dire clairement ce qu'il voulait, que ca me faisait du mal, pas de réponse. 

Moralement je n'en pouvais plus.

J'ai fini par lui faire un long texto, lui demandant d'arrêter de me faire du mal. Et j'ai écrit à sa compagne, lui expliquant qu'il avait ouvert un nouveau tel depuis 4 mois environ pour rester en contact avec moi derriere son dos, avec des copies d'écran de ses textos pour preuves...lui disant que je voulais que ça s'arrête... 

Là je sais que maintenant tout est terminé, il m'a envoyé un dernier texto, une phrase, me disant que je n'aurai plus jamais de contact avec lui.

Voilà. Fin septembre, j'avais commencé à visiter un appartement pour quitter mon mari, mon amant m'avait envoyé ses revenus pour se porter garant. C'était la première fois que j'envisageais de quitter mon mari... Mon amant m'avait même dit qu'il me mettrait à l'abri financièrement pour le jour où il ne serait plus de ce monde, car nous avions 17 ans d'écart. Il me paraissait sérieux, sincère, il se révèle menteur et manipulateur. 

Car il lui disait à elle qu'avec moi tout serait fini en septembre, et moi il me disait qu'en septembre elle serait partie....

J'ai entamé un suivi psychologique, je suis traumatisée. 

Ma psy me dit que c'est un pervers narcissique. 

Le pire, c'est que je l'aime encore, et qu'il va me falloir du temps pour me réparer. 

Mon mari sait tout, je lui ai tout raconté, il m'aime et me soutient, il me pardonne. 

J'ai de la chance qu'il réagisse comme ça. 

Malgré tout, je vais très mal intérieurement, j'ai un vide immense, je n'ai plus goût à rien.... Et je n'ai plus de sentiments pour mon mari....

Je vais vraiment mal, je suis entière comme femme, sincère, vraie. Je ne sais pas faire semblant. 

Et là, je ne sais pas si je retrouverai le goût de vivre un jour... 

J'ai mal en dedans, je suis détruite..... 

 

1 réponse

Messages postés
38581
Date d'inscription
jeudi 12 avril 2012
Statut
Modérateur
Dernière intervention
10 avril 2021
575

Bonjour

 

Tu t'es trompé de forum. Tu dois poster sur le Forum Santé stp.
Clique sur le mot bleu.

 

 Merci de respecter la charte en faisant un résumé court et concis de ton texte.

 

;)


--