Que pensez-vous du don du corps à la Médecine? [Résolu]

Utilisateur anonyme - 11 nov. 2010 à 15:23 - Dernière réponse :  Utilisateur anonyme
- 13 nov. 2010 à 12:05
Je suis surpris, lorsque j'en parle, de constater que la grande majorité des gens répugnent à faire cette démarche qui, outre son côté utile, simplifie quand même bien des choses pour ceux qui restent...

Afficher la suite 

Votre réponse

3 réponses

Meilleure réponse
Utilisateur anonyme - 11 nov. 2010 à 22:00
1
Merci
Inutile de donner mes deux seins dirait madame dupont j'ai un médecin conseil pour m'aider !... Donner à la médecine ou à la science, nuance ! Que signifie donner son corps à la science ? Le don d’organe est un don pour sauver une vie : il n’a rien à voir avec le don de son corps à la science. Dans le cas du don d’organes, les médecins prennent grand soin de respecter l'aspect extérieur du corps avant de le restituer à la famille. Donner son corps à la science consiste à donner, après sa mort, l'ensemble de son corps pour répondre aux besoins d’une faculté de médecine. Le corps ne sera pas restitué à la famille. Pour ce type de don, le donateur doit assumer les frais de transport et de conservation du corps. Pour donner son corps à la science, il faut s'adresser à la faculté de médecine de Brest. Cas du don du corps à l'assistance publique des hôpitaux de Bretagne (exemple) Que devient le corps à l'école de chirurgie ? Le corps est acheminé à l'école de chirurgie, dans les 24 heures suivant le décès, ou dans les 48 heures si le décès est survenu dans un établissement de santé disposant d'équipements permettant la conservation des corps. Il est ensuite embaumé par une équipe de professionnels spécialisée dans les soins de conservation, puis placé dans un lieu dédié au dépôt des corps jusqu'à ce qu'il puisse être utile aux travaux anatomiques. En fonction des besoins liés aux programmes de l'école, les corps sont mis à la disposition de travaux d'enseignement ou de recherche. Ce qui signifie, pour les internes en chirurgie, mettre en pratique les techniques qui leur ont été enseignées durant leurs études et leurs stages, et perfectionner leurs gestes avant d'opérer des patients. Ou encore, pour des chirurgiens confirmés, continuer à se former à de nouvelles méthodes, tester des matériels nouveaux ou encore de constater la faisabilité de nouvelles techniques. Quelles que soient les interventions menées, les chirurgiens restaurent, à la fin des séances, chaque corps ayant permis ces travaux, dans le souci du respect de son intégrité. Qu'advient-il du corps du breton François Casse à la fin des travaux ? anatomiques ? Une fois les travaux achevés, l'école de chirurgie prend en charge la mise en bière des corps, lesquels sont ensuite conduits au crématorium du Père Lachaise par le service funéraire de la Ville de Brest ou Quimper pour y être incinérés anonymement. Puis les cendres sont dispersées dans la division du Cimetière (si le cas), division dans laquelle se trouve une stèle à la mémoire de tous les donateurs et sur laquelle les familles peuvent venir se recueillir. Depuis peu, il est possible pour la famille ou les proches d'un donateur de se voir restituer les cendres du défunt ayant fait don de son corps à l'école de chirurgie, à la condition que celui-ci ne s'y soit pas opposé par écrit. Si tel est son choix, cette indication figure au dos de sa carte de donateur.

Merci Utilisateur anonyme 1

Avec quelques mots c'est encore mieux Ajouter un commentaire

Journal des femmes a aidé 182 internautes ce mois-ci

Commenter la réponse de Utilisateur anonyme
Utilisateur anonyme - 11 nov. 2010 à 22:03
0
Merci
Nuances de ma part don à la médecine ou don à la science ! Je prie de rectifier dans mon premier pargraphe ! Mais vous l'aurez fait de vous même!
Commenter la réponse de Utilisateur anonyme
Utilisateur anonyme - 13 nov. 2010 à 12:05
0
Merci
REPONSE A JEAN JACQUES. Je vois que tu maîtrises parfaitement le sujet et te remercie d'avoir pris le temps de rédiger cette longue réponse qui permettra à ceux qui voudront répondre à ma question de bien savoir de quoi il retourne. Pour ce qui est de la différence entre "don du corps à la Science" et "don du corps à la Médecine" il n'y en a aucune - les deux expressions son employées - et, si, personnellement, j'emploie plutôt la seconde c'est uniquement parce que je trouve la première un peu trop pompeuse - surtout lorsqu'il s'agit de mon cas... A part ça, il n'y a vraiment rien à ajouter. Mais, ma question demeure: pourquoi la grande majorité des gens répugne à faire cette démarche et préfère enrichir les fleuristes? ( je n'ai rien contre les fleuristes ). Cette pratique n'est pas réprouvée par la religion catholique dont est issue notre culture. Un corps mort n'est plus que de la "viande froide" et il me semble que quiconque ayant eu, un jour, à passer sur le billard, devrait être apte à comprendre l'importance de ce geste pour la formation des "apprentis" chirurgiens...
Commenter la réponse de Utilisateur anonyme