Aide, désespoir, suis-je sur le bon site ? [Résolu/Fermé]

pbls 2 Messages postés mardi 13 juin 2017Date d'inscription 13 juin 2017 Dernière intervention - 13 juin 2017 à 21:29 - Dernière réponse : Crashounette 5314 Messages postés vendredi 29 octobre 2010Date d'inscriptionModérateurStatut 15 mai 2018 Dernière intervention
- 13 juin 2017 à 22:44

Bonjour,

Je suis une jeune fille de 19 ans, ne savant pas quoi faire de sa vie, comme la plupart des personnes de mon âge, ou pas seulement... 

Je me demande si quelqu'un va me lire, car je pense que cela va être long, je ne sais pas par où commencer. Je m'en excuse d'avance.

J'ai été brillante durant toute ma scolarité, mais, arrivée à la fac de droit, j'échoue lamentablement. J'ai toujours eu une vie de famille plutôt "bancale", mais je sais qu'il y a pire. Un père violent, buveur, insultent mais paradoxalement qui veut que je réussise dans la vie, en d'autres termes, un métier qui me permettrait de gagner beaucoup d'argent. En revanche, j'ai une mère très gentille, mais qui ne m'apporte pas vraiment d'affection, je ne peux avoir de discussion, comment dire...trop intellectuelle avec elle. Elle ne s'interesse pas à grand chose, et ce n'est pas sa faute, elle n'a pas pu accéder aux études ou même au lycée venant d'un milieu plutôt pauvre. Comme mon père d'ailleurs. 

J'ai deux grandes soeurs, qui ont eu toutes deux un master, et maintenant, un métier. Une est très proche de moi, l'autre absolument pas. Une qui tente de m'aider sans cesse, l'autre qui fait tout pour me rabaisser aux yeux des autres. Celle que j'aime plus que tout est magnifique à l'intérieure comme à l'extérieure, et personne n'oublie de me le rappeler. Ce qui, en effet, fait mal qu'en on vous répète sans cesse que vous êtes le sosie mignature de l'autre soeur. Elle plait beaucoup aussi, elle est d'ailleurs mariée, mais son comportement me fait la haïr en tout point. Certains pourraient penser que je suis jalouse de ma soeur mais c'est tout le contraire, le fait est, que je suis affreusement jalouse de mon autre soeur, magnifique, intelligente, qui réussit sa carrière à Paris. Mais je l'aime énormément, c'est mon model et malheureusement, jamais je ne serais comme elle. Voilà le portrait familial.

J'en viens maintenant à mes problèmes. J'ai donc envie d'être comme l'une de mes soeurs qui est très fine en plus d'être belle. C'est important de le dire, car j'ai donc eu un complexe physique. j'ai un trouble de l'alimentation, je culpabilise sur le fait d'être moi, je fais très attention à ce que je mange, je fais du sport jusqu'à épuisement, je mange car je suis affamée, je mange trop, je me fais vormir, je n'arrive pas à maigir etc, etc... Vous avez compris, le cercle vicieux d'une boulimique. Evidemment aucun membre de la famille ne le sait et pour ne pas en rajouter, mon père qui est d'ailleurs obèse, n'oublie pas de me rappeler que je suis bien en chair, ou si ce n'est pas à propos de ce sujet il n'oublie pas d'être insultant pour un tas d'autres choses.

Le problème ne s'arrête pas là, malheureusement. J'ai donc été très douée durant ma scolarité, bien meilleure que mes soeurs jusqu'en terminale. Personne pour me féliciter de mes résultats évidemment, à part ma soeur qui sera toujours là pour moi. Vous allez me dire que travailler bien à l'école c'est avant tout pour sois-même. Mais ne soyons pas bête, tout le monde à besoin de reconnaissance. Ma première erreur scolaire fue de choisir la faculté de droit. Je l'ai fait pour que mon père soit fière de moi et j'ai totalement échoué, j'ai détesté cette filière bien que je me suis vraiment forcée, c'est clair de le dire à apprendre avec acharnement, j'ai vite été dépassé en ayant ni amis, ni parents pour m'aider. Ma soeur étant à Paris, loin d'où j'étais. Mon père ne voulait pas entendre parler de changement de filière, je n'ai pas eu le choix de continuer, car il paye mes études. 3 mois après la rentrée, j'ai commencé à boire, pas qu'en soirée, à me droguer. j'ai fini par arrêter, dieu sait comment. Mais je me suis tournée vers la nourriture, pour stopper mes autres envies. J'ai eu des notes catastrophiques au cours de l'année, ce qui me changeait totalement des précédentes. Je souhaiterais m'orienter vers des études d'histoire de l'art et d'archéologie, car j'aime tout dans cette filière, je suis une passionnée d'Histoire, même si les portes sont finalement assez restreinte. Je pourrais payer mes études avec le travail que je fais l'été mais je n'oserais défier mon père... Je suis complètement perdue, à me demander si ce serait mieux que je meurs, j'ai toujours eu du mal à vivre. Que vivre est difficile. Je sais que des personnes ont beaucoup plus de soucis que moi, en tout cas, j'essaye de me le dire, même si je souffre terriblement, à un point où je souhaiterais ma mort. Mais je suis toujours vivante, c'est donc que je tiens un minimum à la vie. J'ai en moi un profond mal-être et une peur de l'avenir atroce, j'ai besoin d'aide semble t-il, mais où aller pour que je puisse être apaisée...

Afficher la suite 

2 réponses

Meilleure réponse
Crashounette 5314 Messages postés vendredi 29 octobre 2010Date d'inscriptionModérateurStatut 15 mai 2018 Dernière intervention - 13 juin 2017 à 22:44
1
Merci

Et puisque vous avez reposté votre question ici :

http://sante-medecine.journaldesfemmes.com/forum/affich-2202723-mal-etre-avenir-angoisse

Je ferme celle-ci, histoire de ne pas se mélanger les pinceaux :-)

Bon courage !

 

Merci Crashounette 1

Avec quelques mots c'est encore mieux Ajouter un commentaire

Journal des femmes a aidé 166 internautes ce mois-ci

Crashounette 5314 Messages postés vendredi 29 octobre 2010Date d'inscriptionModérateurStatut 15 mai 2018 Dernière intervention - Modifié par Crashounette le 13/06/2017 à 22:30
0
Merci

Bonsoir pbls,

Je vous invite à copier/coller votre poste sur le forum Santé-Médecine:

http://sante-medecine.journaldesfemmes.com/forum/

Vous y trouverez des interlocuteurs et des conseils.

:-)